Ambassadeurs de marque

Retour à la liste des ambassadeurs

Courtoisie de Raymond Chrétien

Raymond Chrétien

 

« C’est vrai que tout a commencé avec la France et c’est vrai que les québécois ont une très forte identité mais cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas prêts à travailler dans l’environnement plus large qu’est le Canada. Vous pouvez être un québécois et un canadien; vous pouvez être un québécois fort et un canadien fort. Rappelez-vous que nous avons un grand rôle à jouer au Canada dans son ensemble. »

Raymond Chrétien

 

« Présentation des lettres de créance au président Clinton à Washington 1994 ». Courtoisie de Raymond Chrétien.

Raymond Chrétien est le seul diplomate canadien qui ait été ambassadeur aux États-Unis et en France. Né à Shawanigan, Québec en 1942 et diplômé en droit de l’université Laval, il joint le ministère des Affaires extérieures en 1966. En 1978, à la suite d’affectations à New York, Beyrouth et Paris et diverses affectations à la centrale, Chrétien fut nommé ambassadeur au Zaïre (ex République démocratique du Congo). Il fut à l’âge de 36 ans, le plus jeune ambassadeur dans l’histoire du Canada. De retour à Ottawa en 1981, Chrétien poursuivit sa montée fulgurante, d’abord comme directeur ensuite sous-ministre adjoint et finalement comme inspecteur général. De 1985 à 1988 il fut ambassadeur au Mexique qui lui décerna l’Ordre de l’aigle aztèque. Affecté à la centrale de 1988 à 1991 comme sous-secrétaire d’État associé aux Affaires extérieures, Chrétien fut à nouveau nommé à l’étranger en 1991 comme ambassadeur en Belgique avant de servir en tant qu’ambassadeur du Canada aux États-Unis de 1994 à 2000. À Washington, il joua un rôle clé dans la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange nord-américain nouvellement signé. En tant que québécois et neveu du premier ministre Jean Chrétien, Raymond Chrétien était également la personne toute désignée pour interpréter auprès des américains les préparatifs et les résultats dramatiques du référendum québécois de 1995. En 1996 le secrétaire-général des Nations-Unies en fit son envoyé spécial pour enquêter et désamorcer la grave crise humanitaire dans la région des Grands lacs d’Afrique. Chrétien termina sa carrière diplomatique en tant qu’ambassadeur en France de 2000 à 2003 où il facilita un rapprochement entre ce pays et le Canada, qui lui mérita le titre de Commandeur de la Légion d’honneur de la part du président français. En 2004, il s’associa au cabinet d’avocats Fasken. Au terme d’une vie consacrée au service de son pays, Chrétien devint le négociateur fédéral de l’accord historique de 2007 qui permit la mise en œuvre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975 avec les Cris. Chrétien est compagnon de l’Ordre du Canada et récipiendaire des médailles des jubilés d’or et de diamant de la reine Élisabeth II.

Lecture supplémentaire :

  • Jean-Frédéric Légaré-Tremblay et Raymond Chrétien, Raymond Chrétien : Le Canada dans le monde d’hier à aujourd’hui (Montréal: Éditions Varia, 2007).
AMBCANADA | PO. BOX 53190 STN RIDEAU CENTRE OTTAWA ON. K1N 1C5
2018-2021, Association des anciens ambassadeurs du Canada Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Plan du site | Ottawa Web Design – WEBSHARK
Loading...